Pellicules/Tutos

Température de lumière, balance des blancs et pellicules Tungsten

Broolyn Bridge - New York - Ciné 400 Tungsten

Brooklyn Bridge – New York – Ciné 400 Tungsten

Bonjour! Aujourd’hui nous allons voir ce qu’est la température des couleurs, communément appelée balance des blancs sur votre appareil photo numérique et comment cela peut influencer les couleurs de vos photos!

1- La température de la lumière

La température de la lumière est exprimée en Kelvin (K). On peut passer des degrés Celsius (°C) aux Kelvin (K) car 0°C = 273 K. Le zéro absolu, c’est à dire 0 K correspond à la température d’ébullition de l’azote liquide (donc – 273 °C). Et là… je vous ai perdu? Non non non, ne partez pas! En quoi c’est important vous allez me dire? La température de la lumière exprimée en K permet en fait de classer la couleur de la lumière. Ainsi on obtient que :

  • une ampoule à incandescence (filament en tungstène) : 2800 à 3200 K
  • lumière du jour au lever et au coucher su soleil : 2500 à 3800 K
  • flash électronique : 6000 K
  • lumière du jour à midi : 6500 K

Mais regardez plutôt le schéma suivant :

Temperatures de couleur

Attention! Il ne s’agit pas de la température réelle de la source! En fait cette échelle correspond au modèle théorique du corps noir établi par Lord Kelvin (photo ci-dessous)!

William Thomson (Lord Kelvin)

William Thomson (Lord Kelvin)

Le corps noir, lorsqu’il est chauffé, émet une certaine qualité de lumière, une couleur différente. En poterie, par exemple, quelle que soit la couleur des objets placés dans le four, à 900 °C, ils apparaissent tous de la même couleur orange! Lord Kelvin a mis à profit cette particularité pour créer son échelle de température de couleur. Grâce à elle, les photographes peuvent pallier le manque de souplesse des pellicules et capteurs pour reproduire fidèlement les couleurs. Pour la suite c’est ici.

Nous avons tous pu observer les différentes tonalités lumineuses tout au long de la journée : le rouge du coucher de soleil (golden hour), les nuances bleutées une fois que le soleil est couché (blue hour), être aveuglé par une surface blanche quand le soleil est au zénith! Dans notre quotidien, une feuille blanche est une feuille blanche, quelque soit l’heure de la journée. C’est notre cerveau qui nous dit que la feuille est bien blanche, que la tasse est rouge et les couleurs restent les mêmes. d’une certaine manière il « corrige » les tonalités. Notre appareil photo quand à lui, n’analyse pas les couleurs de la même manière que nous. Lui donner la température de notre environnement lumineux, c’est l’aider à ce qu’une feuille blanche reste blanche et non pas rouge ou bleu… même chose pour les pellicules!

Finalement, on peut classer ces tonalités lumineuses de cette manière :

1)      Le blanc chaud de 2840 K à 3460K (tons jaunâtres)

2)      Le blanc neutre à 4170 K

3)      Le blanc « lumière du jour » qui va de 5030 K à 6510 K (plus haut : tons bleuâtres)

Vous avez remarqué? Les couleurs « chaudes » ont en fait des températures basses… Le jaune est « froid » : 2800K, contrairement au bleu qui est « chaud ». C’est le paradoxe de la lumière!

Ainsi sur votre appareil photo numérique par exemple, faire la balance des blancs, c’est prendre une photo d’une feuille blanche et lui dire qu’elle est blanche. Il ajustera les réglages lui-même!

La citadelle de Calvi - Olympus OMD-EM5

La citadelle de Calvi – Olympus OMD-EM5 – THE blue hour

2- Les pellicules Tungstènes

En photographie argentique, il a fallu créer des pellicules qui « rectifiaient » ses tonalités afin que le blanc reste blanc! Impossible de créer autant de pellicules différentes que de lumières différentes. Et pourtant… Il est en fait possible de moduler ces nuances à l’infini avec des filtres à objectifs adéquats.

On peut classer les pellicules en fonction de leurs applications :

lumière du jour ou Day Light : température de couleur de 5500K (soleil au zénith) ou pour des flashs électroniques classiques

lumière artificielle A : lampes flood de studio (plutôt cinéma) 3400 K

lumière artificielle B : ou Tungstène, lampe à incandescence classique 3200 K

Sur le marché des pellicules, une grande variété de pellicules Tungstène (ou Tungsten en anglais) est disponible. Citons par exemple : la Ciné400, la CineStill 800, etc.

Lucie 14 mois - Kono! Tungsten 400

Lucie 14 mois – Kono! Tungsten 400

CineStill800roll

CineStill 800 - Canon EF - Objectif 50 mm

CineStill 800 – Canon EF – Objectif 50 mm

Cine_400Surfant sur la mode du lofi (comprendre photo façon lomography : vintage, effets de couleurs et vignetage), beaucoup de photographes encouragent à complètement briser les codes de ces températures!

Utilisez des pellicules « Tungsten » à l’extérieur par exemple!

La pellicule Tungsten correspond à une température basse et donc à des tons « chauds » des lumières de bougie ou de lampes à incandescence. Pour cela, elles sont corrigées avec du bleu! Si vous « shootez » à l’extérieur sous un soleil au zénith, vous verrez apparaître des tons bleutés… Wahou!!! A l’inverse une pellicule « Day Light » shooté à l’intérieur avec un flash sera ok, mais avec une lumière à la bougie vous paraîtra étonnament orange!

Lucie - Konoica - 400 iso

Lucie – Konica – Lomography Color Negativ (CN) 400 iso

 

3- La balance des blancs

Et sur votre appareil photo numérique? C’est important aussi! Très souvent la balance des blancs comme on l’appelle, c’est à dire la « température » de votre environnement est réglé automatiquement par votre appareil!

On lit alors une petite icône AWB, pour Automatic White Balance = réglage automatique de la balance des blancs.

Et oui, vous vous en êtes peut-être pas rendu compte, mais votre appareil analyse l’environnement et ensuite réfléchit pour vous donner les meilleures tonalités et que votre blanc reste plus blanc que blanc! Si vous vous sentez l’âme d’un aventurier, vous pouvez changer cette balance des blancs et lui donner une information. En général voici les correspondances Mode / Température.

temperature-de-couleur-selon-source-lumineuse numériqueGrâce à la connaissance de ces « Mode », il vous est également possible de changer (comme pour les pellicules) les tonalités de vos photos… Ainsi prendre une photo à la lumière du jour en mode « Tungstène » va bleuir vos photos, alors que le mode « lumière du jour » va rougir vos photos prises à l’intérieur… Allez faire un tour sur le site d’Arnaud Frich pour tout savoir sur les réglages et la balance des blancs sur les appareils photos numériques.

reglage-tc-awb-soleil-amploue

Retenez que :

La lumière d’une ampoule à incandescence donne une lumière « chaude » qui est à 3200 K (et donc le mode Tungsten compense avec du bleu pour avoir un blanc blanc) alors que la lumière du jour « froide » complètement blanche est à 5500 K (mode « Day Light » qui compense par des rouges).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s