Appareils photo/lomography

Le Lomo LC-A 120

LCA-120OoooOooOh le beau cadeau que j’ai eu à Noël! Dans cet article, je vais vous livrer mes premières impressions sur ce nouvel appareil lomo disponible depuis décembre 2014 dans les boutiques lomography. Vous pourrez également juger de mes premières photos format 6X6 (à New York).

J’ai essayé le Lomo LC-A 120

Le Lomo LC-A 120 est le plus compact des appareils automatiques au format 120. La grande famille des Lomo LC-A (appareil au format 24X36, qui a marqué la naissance de la marque lomography) s’agrandit donc. En quoi est-il différent des autres appareils lomo ou d’un appareil format 120 classique?

New York street - Lomo LC-A 120 - X-Pro slide 200

New York street – Lomo LC-A 120 – X-Pro slide 200

Avant l’arrivée du Lomo LC-A 120, l’éventail des appareils photos format 120 était déjà large : le Diana F+ (photo ci-dessous), le Rolleiflex, le Lubitel 166+, le Belair 6X12 (premier appareil automatique format 120 de chez lomo). Le Rolleiflex et son imitation moderne (le Lubitel de chez lomography) ne sont pas automatiques : l’ouverture et la vitesse doivent être réglés manuellement. Je vous conseille d’ailleurs de télécharger une appli « Lightmeter » pour ne pas faire n’importe quoi.

Le format 120 était déjà un concept exploité par la marque emblématique lomography. Appellé aussi moyen format, 6X6 ou format carré, ce type de pellicules en « bobine » reste néanmoins assez cher : en moyenne 10 euros la pellicule de 12 poses.

Quant au Diana F+, d’utilisation plus simple, il dispose de deux réglages : ouverture (nuageux, partiellement nuageux, ensoleillé et sténopé) et mise au point.

Diana F+ Take my heartGros plus : le LC-A 120 est tout automatique! Il suffit de régler la distance du sujet à photographier et la sensibilité de votre pellicule et il s’occupe du reste. Voyons les points positifs et les points négatifs…

Ergonomie :

Quoi de plus important dans un appareil photo que le plaisir de l’utiliser? Comme d’habitude avec lomography, ne comptez pas sur une notice d’utilisation exhaustive. Elle ne sert absolument à rien! Le Lomo LC-A 120 est hyper pratique : rapide, léger, compact. Il a tout pour plaire. Le seul hic : ces foutues pellicules 120 qui nous obligent à changer de pellicules toutes les 12 poses. Grrrrrr…. Il est doté d’un bouton MX pour « multiple exposure », juste à côté déclencheur, qui permet d’exposer plusieurs fois un cliché. Bien placé, assez difficile à déclencher : pas de risques de prendre des double expos sans s’en apercevoir. La molette pour avancer le film, elle, est carrément difficile à tourner.

lca120-MX

Attention, quand vous voulez charger un nouveau film : les petits boutons qui permettent de libérer les axes des bobines sont fragiles. Avant de shooter, n’oubliez pas de régler la distance de votre sujet à photographier! Et go!

lc-a120 mise au point

Points positifs :

1) C’est le meilleur pour la photo de rue! Son objectif grand angle 38 mm 1:4.5 permet d’obtenir des photos sans trop déformer les perspectives ni les visages. Sa mise au point au « 0.6  » permet même de faire des selfies!

New York Yellow cab - Lomo LC-A 120

New York Yellow cab – Lomo LC-A 120

2) Il est petit et léger! Si je le compare au Rolleiflex, qui pèse très lourd, le LC-A 120, lui, tient dans une poche de veste.

3) Réconciliez-vous avec le format carré. Le format 6X6 est tellement plus original que le 24X36.

4) Son corps tout en plastique le rend beaucoup plus robuste que le Rolleiflex.

5) Faites des multiples expositions! Des doubles, des triples…

6) La qualité de l’image : excellente. Contrairement aux appareils du mouvement lofie (comprendre lomography), qui pronnent le vignetage, le flou et les grains épais : ici il n’en est rien! OUF!

Les points négatifs :

Comme beaucoup des appareils lomo, malheureusement, le lomo LC-A 120 fait un peu merdouille. Est-ce que c’est le plastique?

1) Le bouton MX (multiexposition) est parfois susceptible. Il arrive de se retrouver bloqué : impossible de tourner la molette pour avancer le film

2) Son prix!!! Comptez quand même 399 euros…

3) Charger son appareil avec une nouvelle pellicule est parfois délicat! Comme dirait le magazine phoblographer : pain in the ass!

4) Impossbible de rajouter/changer l’objectif : quel dommage

5) La petite « étoile » pour changer les iso tourne parfois toute seule … mauvaise surprise garantie!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s