Accessoires

Créer son studio photo maison

Louis - Canon EOS 20D - Flash déporté

Louis – Canon EOS 20D – Flash cobra déporté

Vous voulez vous essayer à la photographie de studio? Quelle bonne idée! Faire des portraits sur des fonds différents et sculpter la lumière pour souligner les expressions du visage : génial! Le problème : vous ne savez pas quel matériel choisir sans vous ruiner. Alors bien-sûr y’a le système D : un éclairage de chantier pourrait très bien faire l’affaire mais bonjour la chaleur dégagée et la facture d’électricité! Vous allez faire cuire vos modèles. Pas de panique! En fait, deux possibilités s’offrent à vous, c’est ce que nous allons voir : la lumière au flash ou la lumière continue. Nous verrons les avantages et les inconvénients des deux options. Mais attention, il va vous falloir quand même un minimum de matériel en plus de l’éclairage : fond de studio, parapluies et trépied… Prêts?


Prologue

Il est toujours possible selon votre témérité et avec un peu de bidouille de vous débrouiller sans investir dans du matériel de studio! Un mur uni ou un papier peint vintage peuvent faire l’affaire. Il y a quelques années, j’ai réalisé des portraits façon studio avec ce que je trouvais chez moi : un grand carton noir fixé sur une chaise ou un mur avec de la patafix (carton format raisin minimum pour un minimum encadré le visage), une lampe de bureau articulée façon lampe d’architecte pour éclairer mon sujet, un objectif avec une grande ouverture (minimum f/2 ou f/4). Finalement, le résultat n’était pas si mal. Le seul hic : le peu de lumière m’obligeait souvent soit à monter en iso, soit à trouver des sujets immobiles. La calvaire : du grain, du flou de bougé et des photos parfois sous ou surexposés. Ma parade de l’époque, ça a été de faire des doubles expositions (qui elles ont souvent besoin d’être sous développées). Un petit extrait ci-dessous (Canon EF et Ilford HP5 + 400 iso, Bridge Panasonic FZ5).


Installer le décor

éclairage continu avec fond de studio noir

Eclairage continu avec fond de studio noir

Dans un premier temps, nous allons voir ensemble le matériel dont vous aurez besoin pour commencer vos portraits. Nous allons commencer par passer en revue les fonds de studio et les accessoires importants en dehors de l’éclairage (qui fera l’objet d’une partie à part entière plus loin).

  • Le fond de studio et le support de fond

Il existe différents types de fonds de studio : papier, tissus, vinyls… effets différents, avantages et inconvénients…

Les fonds papier :

Ils sont pratiques, abordables, existent en plusieurs coloris, largeurs et longueurs. Le fond papier est facilement transportable, en voiture, en transports en commun ou à pied, il est facile à positionner, se découpe facilement et se fixe n’importe où avec de la patafix ou du scotch.

Le seul soucis : il est fragile et peut se froisser.

Pratique quand vous n’avez pas à le changer de place tout le temps et que votre studio est fixe (une pièce dédiée chez vous?).

 

Comment installer ses fonds papier ?

Les supports de fond vous permettent de fixer et de dérouler vos fonds simplement. Vous pouvez aussi les fixer sur un mur. Le kit support de fonds mi-axe par Manfrotto (MAKIT02) est un kit complet vous permettant de dérouler facilement vos fonds papier studio sans les abîmer. Mais il est assez cher déjà! Utilisez du scotch ou du ruban adhésif technique pour positionner le fond sur le sol.

Les fonds tissu :

Les fonds tissus s’installent sur la barre télescopique livrée avec le support de fond. Ils se fixent avec des pinces, rien de plus simple! Facile à transporter, ils sont très pratiques pour les photographes mobiles ayant besoin de déplacer un fond grand format. Choisissez bien vos tissus pour ne pas avoir de reflets. Il faut qu’ils soient assez épais. Ils peuvent également se repasser pour ne pas avoir de plis hideux sur vos photos. Alors choisissez des matières faciles à repasser. Moi, je repasse très mal, alors j’enlève plutôt les plis sur Photoshop. 😉 Il existe un large choix de coloris et de motifs. N’hésitez pas à aller dans une boutique de coupons et de tissus (par exemple le marché St Pierre, au pied de Montmartre à Paris) car vous y trouverez des motifs originaux et des matériaux de qualité à faible coût.

support télescopique et fond tissu

Les fonds Vinyle :

A installer sur la barre télescopique livrée avec le support de fond (comme pour le tissu). De la simple feuille, au format de 1,52m x 2,13m, pour des mises en scène d’objets, au format large de 2,75m x 6,09m, il est beaucoup plus cher que le fond papier mais il se nettoie (parfait pour des portraits mouillés !), est très résistant, sans plis, ni reflets. Il est destiné à être installé à demeure au studio. Vous trouverez aussi les fameux décors façon trompe l’oeil : un brin kitchouille parfois.

  • Les autres accessoires et détails importants

Le trépied d’appareil photo

Si vous utilisez de l’éclairage continu surtout, le trépied sera très important! En dessous d’une vitesse de 1/125 ème, vous risquez le flou de bougé avec votre appareil photo!

Le trépied c’est aussi une façon de stabiliser votre cadrage et de ne plus y toucher. Vous faites le réglage une fois et hop c’est bon!

Mieux, c’est très important de pouvoir vous concentrer sur votre sujet, de discuter avec lui et de ne pas focaliser sur votre appareil photo.

Le(s) parapluie(s)

Il existe beaucoup de systèmes de diffusion de la lumière adaptés à vos attentes : ombres dures, satinées, etc. Ils sont indispensables et se fixent en général sur un pied téléscopique par une broche qui vous permet ensuite de l’orienter. Les parapluies vous permettent de diffuser la lumière sans aveugler vos modèles. L’effet attendu n’est pas forcément le plus recherché, mais les parapluies ont un gros avantage : ils sont très bon marché.  Blanc ou noir avec intérieur réflecteur, choisissez ce que vous préférez. Comptez 15 euros environ le parapluie de taille moyenne.

parapluie et pince support

parapluie et pince support

Le tabouret plutôt que le fauteuil

Si vous prenez des portraits, surtout, n’installez pas vos modèles dans des fauteuils dans lesquels ils vont s’avachir! Il est important de garder le dos droit, les épaules en arrière et de ne pas piquer du nez!

Forcer le maquillage

Avec les éclairages de studio, la peau peut paraitre luisante, le tein blafard et les yeux un peu ternes. Rajouter un peu voire beaucoup de maquilage se verra à peine sur les photos. Vous allez créer plus de relief et même plus de contraste.

Le choix de l’éclairage

  • Rappel sur la lumière

La température de Couleur

Petit rappel utile : la température de couleur de vos éclairages. Vous vous souvenez de ces fameux degrés Kelvin? Plus la valeur en Kelvin est élevée et plus la lumière est bien blanche, tirant vers le bleu. Par contre plus cette valeur est faible et plus la lumière tire vers le rouge orangé. Une ampoule à incandescence tirera donc vers le rouge… Il faudra donc bien entendu penser à régler votre appareil numérique sur la bonne balance des blancs ou bien choisir votre pellicule! Sinon? Les couleurs de vos visages ne seront pas fidèles à la réalité.

  • ampoule à incandescence : 2500 °K
  • ampoule halogène : 3400 °K
  • lumière au flash : 5500 °K

 

Temperatures de couleur

Watt et Watt-seconde

La puissance électrique du flash est exprimé en watt-seconde (ws), la puissance d’une lumière continue est exprimée en watt (w). La transformation de l’énergie électrique exprimé en watt et watt-seconde en énergie lumineuse se réalise avec une perte d’énergie plus ou moins importante. La différence entre le flash et la lumière continue est que le flash stocke l’énergie nécessaire dans un accumulateur et libère cette énergie dans un laps de temps extrêmement court (entre 1/500s et 1/5000s). Pour démontrer l’équivalence de puissance de lumière émise par un flash et une lumière continue, il faut donc transformer les watt en watt-seconde ou l’inverse. C’est assez simple. Il suffit de diviser la puissance du flash par le temps de l’éclair ou de multiplier ce temps par la puissance de la lumière continue.

Un exemple simple. Prenons un flash standard avec une vitesse d’éclair de 1/1000 sec.. Un flash de 1000ws libèrera 1000w/1 soit 1000w lors du flash. Dans le même laps de temps la lumière continue de 1000w produira 1000/1000 sec. soit 1w.

En gros pour une vitesse de flash de 1/1000 sec. en lumière continue pour que la scène prise en photo reçoive la même lumière qu’avec un flash, il faut que la lumière continue soit 1000 fois plus puissante que le flash! Si vous rajouter à cette démonstration la chaleur dégagée et la consommation électrique : vous allez donc 1) griller vos modèles 2) tripler votre facture d’électricité.

Les capteurs des appareils photo numérique et les pellicules accumulent l’intensité lumineuse d’une scène le temps de la pose. Si on part de ce principe et que l’on retient les principes physiques cités au paragraphe précédent, on peut en conclure que pour avoir la même lumière sur une photo pour une scène il faut, soit avoir une puissance de lumière continue très importante (beaucoup de watt!) soit allonger le temps de pose (et donc demander à vos modèles de ne pas bouger).

  • La lumière continue

Tout petit budget? Alors la lumière continue est faite pour vous!  Sur internet (Amazon par exemple), vous trouverez des kits de studio avec lampes, ampoules, pieds et parapluies pour environ 40 euros. Essentiel pour demarrer et commencer déjà à bien s’amuser. C’est par là que j’ai commencé. En général ces kits sont livrés avec des housses qui vous permettent en plus de vous déplacer chez des amis sans soucis. Les pieds sont en aluminium et modulables, suffisament robustes pour porter une ampoule et son parapluie mais n’essayez pas d’y fixer un boitier un peu lourd. En général ce type d’éclairage se branche à une prise electrique classique. Prévoyez éventuellement une rallonge et/ou multiprise.

Inconvénient : ces kits ne sont pas très puissants.

Si vous êtes un peu bricoleur, vous pouvez même construire votre kit vous même. Pour monter un éclairage continu, il vous suffit d’avoir des pieds modulables en hauteur avec des douilles pour visser des ampoules E27 de minimum 85 W. Des pinces font très bien l’affaire. Pour quelque chose de plus puissant, il faudra penser aux torches de chantier qui elles, dégagent beaucoup de chaleur.

Les plus de la lumière continue

  • Le budget est son point fort : 40 euros, et vous pouvez demarrer 🙂
  • La lumière continue a un premier gros avantage sur celle au flash : vous allez pouvoir anticiper le résultat de vos photos et donc mieux diriger vos éclairages et vos modèles. Ce que vous voyez avant de prendre la photo devrait être proche du résultat final.
  • Deuxième atout : en général, puisque ce type de lumière consomme moins d’énergie, vous ne risquez pas que votre flash ne surchauffe. Vous allez pouvoir prendre autant de photos que vous le souhaitez.
  • Pas de risque non plus d’éblouir ou de cuire vos modèles
  • La lumière continue est beaucoup plus douce sur les visages et crée des ombres moins dures
Marine et Quentin Décembre 2015 - Canon EOS 20D - Lumière continue

Marine et Quentin Décembre 2015 – Canon EOS 20D – Lumière continue

Marine et Quentin Décembre 2015 - Canon EOS 20D - Lumière continue

Marine et Quentin Décembre 2015 – Canon EOS 20D – Lumière continue

Marine et Quentin Décembre 2015 - Canon EOS 20D - Lumière continue

Marine et Quentin Décembre 2015 – Canon EOS 20D – Lumière continue

Marine et Quentin Décembre 2015 - Canon EOS 20D - Lumière continue

Marine et Quentin Décembre 2015 – Canon EOS 20D – Lumière continue

Les moins de la lumière continue

  • Choisissez bien les températures de couleur de vos ampoules ou vous allez vous retrouver avec des visages gris/verts de zombies. Même si vous retraitez vos couleurs ensuite en post-traitement, vous aurez peut-être du mal à les rattraper. Choisissez plutôt des couleurs chaudes (donc à une température basse en Kelvin)
  • La quantité de lumière est souvent trop faible pour que vous puissiez déclencher avec une vitesse rapide/iso faible. Vous devrez sûrement monter en iso pour compenser (si votre boitier vous permet de conserver une bonne qualité d’image) ou bien demander à vos modèles de prendre la pose. Niveau naturel : on repasse! Monter en iso, c’est prendre le risque d’avoir des photos avec beaucoup de grain/de bruit.
  • La lumière au Flash

La lumière produite par un éclair de flash est parfois complexe à maîtriser car on ne peut pas visualiser son rendu en direct. Il est donc nécessaire de prendre des photos d’essais pour savoir si l’exposition est juste, tester diférents réglages de sur/sous-exposition pour finalement obtenir un résultat satisfaisant. Le plus difficile, ce n’est pas forcément de contrôler l’exposition mais plus de maitriser la dureté des ombres sur les visages et leurs orientations. Il faut alors éloigner ou rapprocher les flashs, les placer plus ou moins en avant ou en arrière du modèle.

Les flashs Cobra

Il existe plusieurs types de flashs qui peuvent être classés selon leurs puissances. Les flashs cobras sont peu puissants mais si vous n’êtes pas certains de continuer dans le studio, ce sont de très bons flashs d’appareils photos et ce ne sera pas perdu. Contrairement aux flashs standards bas de gamme, ils peuvent être déportés, c’est à dire être ôtés de la griffe du flash et être déclenchés à distance par un transmetteur ou un câble. Ils « communiquent » avec le boitier de votre appareil sur les réglages : iso, diaphragme, vitesse et ainsi permettent d’obtenir des réglages de luminosité de manière contrôlée (TTL ou Through The Lens).

Flash cobra Speedlite Canon TTL

Pour les débutants, je conseille d’acheter un flash « cobra » de la marque de votre boîtier d’appareil photo (comme les Speedlite 430 EX de Canon). Comptez un budget de minimum 300 euros. En le plaçant sur la griffe de votre appareil photo, vous éclairerez le visage directement au centre. L’avantage c’est que si vous choisissez un flash avec réglage TTL (Through the Lens), en mode automatique, l’image sera satisfaisante et en plus vous n’aurez quasi rien à faire. Sur la photo ci-dessous, on obtient une image bien résolu avec peu de bruit numérique, car l’iso utilisé est resté faible.  On peut juste reprocher le côté peu naturel du flash au centre du visage.

Alice - Canon EOS 6D - Canon Speedlite 430 EX sur la griffe

Alice – Canon EOS 6D – Canon Speedlite 430 EX sur la griffe

Alice et Flo - Canon EOS 6D - Canon Speedlite 430 EX sur la griffe

Alice et Flo – Canon EOS 6D – Canon Speedlite 430 EX sur la griffe

En photo de studio, on évite le flash centré. Pourquoi? Et bien parce qu’au fond, il est très rare et donc peu naturel de voir dans la vie de tous les jours des visages éclairés de façon centrée. Pour avoir un rendu plus naturel, voire créer des effets dramatiques ou sculpter les visages, il faut déporter le flash sur le côté.

Comment faire? Il existe plein de possibilités pour déporter votre flash! Vous pouvez acheter des systèmes permettant de faire communiquer votre boitier et votre flash avec un câble ou sans câble :

  • un câble synchro flash PC standard
  • un câble TTL (pour Through the Lens)
  • un transmetteur radio (sans câble)
  • un transmetteur par éclair (sans câble)
Transmetteur par éclair Canon STE2

Transmetteur par éclair Canon STE2

Attention, en fonction de votre boitier, toutes les communications ne seront pas envisageables. Pour ma part, j’ai investit dans l’achat d’un transmetteur STE2 pour 200 euros environ qui me permet de déporter mon flash sur le côté avec une distance de 15 m maximum et même de commander deux flashs avec des intensités différentes.

Anaïs - Canon EOS 20D - Flash cobra Speedlite 430 EX

Anaïs – Canon EOS 20D – Flash cobra déporté Speedlite 430 EX

Les flashes Compacts

Parmi les flashs plus puissants que les cobras, vous trouverez les « Compacts« . Ils sont abordables, courants et pratiques. Ils intègrent  l’alimentation, les condensateurs, la torche, la lampe pilote, le tube éclair, l’électronique, la ventilation et les réglages de puissance. Ils s’utilisent le plus souvent sur une prise secteur, délivrant simplement le courant nécessaire à leur fonctionnement. Nous vous conseillons d’ailleurs de ne pas les utiliser sur des multi-prises, mais de brancher chaque flash sur sa propre prise secteur. Comptez quand même un budget de 600 euros pour une puissance qui sera à peu près trois fois supérieure à celle d’un flash cobra. L’Elinchrom Kit de 2 flashs 100J D-Lite RX One – ELI20847  possède une puissance de 100 W, largement suffisante pour un portrait (photo ci-dessous du site digixo).

Elinchron Kit de deux flashs

Elinchron Kit de deux flashs

Les plus de la lumière au flash

  • Le flash est plus puissant que la lumière continue : vous n’aurez pas besoin de faire poser vos modèles dans des poses interminables. A vous les expressions plus naturelles et même … les grimaces!

Thomas – Canon EOS 20D – Canon Speedlite 430 EX

Thomas – Canon EOS 20D – Canon Speedlite 430 EX

Les moins de la lumière au flash

  • Le prix assurément est un inconvénient : comptez 300 euros minimum pour un flash cobra, et 600 euros pour les kits de flashs compact
  • Les réglages d’un flash peuvent être parfois compliqués à comprendre : lisez bien la notice d’utilisation
  • L’idéal c’est d’avoir deux flashs et un transmetteur permettant de moduler l’intensité des deux flashs, mais alors il faut doubler voir tripler le budget!
Laura - Canon EOS 20D - Canon Speedlite 430 EX

Laura – Canon EOS 20D – Canon Speedlite 430 EX

Daguerreotype Achromat - Canon EOS 6D - Canon Speedlite 430 EX

Daguerreotype Achromat – Canon EOS 6D – Canon Speedlite 430 EX

Sources et liens utiles :

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s