Pellicules/Reportage

L’histoire de Polaroid : Edwin H. Land #1

Connaissez-vous Polaroid? Bien entendu! Les fameux pola que nous agitions frénétiquement quand nous étions enfants et dont les couleurs  disparaissaient littéralement avec le temps dans nos albums de famille …  Ceux-là même! Vintage par excellence, la photo instantanée, même si elle n’a pas toujours été au top des ventes, est toujours restée dans nos cœurs. Le petit côté magique de la chimie! Le petit miracle de la photo qui apparaît dans le carré blanc. Et ça tombe bien, car c’est en septembre dernier (2017) que la société Polaroid renaît de ses cendres pour devenir Polaroid Originals dont l’embryon n’était autre qu’Impossible Project. Faisons le tour de la jolie histoire de cette renaissance, aventure humaine, fruit des innovations de plusieurs grands scientifiques et entrepreneurs depuis 1948. Propos d’Eglantine Aubry recueillis au Salon de la Photo 2017 sur le stand de Dans Ta Cuve! et recherches personnelles.  

Edwig H. Land et les filtres polarisants

Edwin Herbert Land, né le  à Bridgeport (Connecticut) et mort le  à Cambridge (Massachusetts), est un inventeur et scientifique américain. Petit garçon, Edwin était fasciné par la lumière et par le phénomène naturel de la polarisation de la lumière. Les ondes lumineuses se propagent en oscillant de haut en bas mais aussi en tournant autour d’un axe décrivant des angles différents. Un polarisant contient des fentes qui ne laissent passer la lumière oscillante qu’à certains angles. Les polarisants naturels étaient déjà efficaces pour réduire l’éblouissement et mesurer les angles de réflectivité mais ils étaient épais et chers. Land rêvait de créer des polarisants synthétiques permettant d’améliorer la sécurité routière nocturne : éviter l’éblouissement des phares des autres automobilistes et ainsi pouvoir augmenter l’intensité des phares sans risque d’éblouissement. En 1926, Land rentre à Harvard pour étudier la Physique mais il s’arrête au bout de quelques mois car il est en manque de cours pratiques. Il déménage pour New York où il étudie à la New York Public Library et conduit des recherches secrètes en parallèle à l’Université de Columbia. Il travaille sur la synthèse d’un polarisant synthétique. A l’époque seul les cristaux polarisants de très grande dimension existent. Land travaille à l’époque avec le chimiste William Herapath sur la production de cristaux de synthèse de taille microscopique. En les suspendant dans un vernis liquide, il arrive à les aligner de façon parallèle avec un aimant. Il ajoute alors une feuille de celluloïd (un plastique mince et transparent). En séchant, le vernis durcit et les cristaux gardent leur orientation dans l’espace. C’est ainsi qu’en 1929, Land dépose son premier brevet sur les films polarisants.

Il retourne à Harvard la même année mais échoue une nouvelle fois car il continue le développement de son entreprise en parallèle. En 1932, Land et son collègue d’Harvard, George W. Wheelwright, III, crée Land-Wheelwright Laboratories, à Cambridge dans le Masachussetts pour produire des filtres polarisants. Après plusieurs années de modifications et d’innovations, leurs produits deviennent les précurseurs de filtres pour lunettes de soleil et pour lunettes 3D. En 1937, Land-Wheelwright Laboratories devient une société publique appelée Polaroid Corporation. En 1940, la société Polaroid participe à l’effort de guerre américain en produisant beaucoup de systèmes anti-éblouissement pour les visées télémétriques, les lunettes de soleil, les appareils photos, les cameras, et les dispositifs optiques. Pendant la seconde guerre mondiale, Land participera aussi activement à la recherche de nouvelles voies de synthèses de la quinine qui étaient utilisées dans les filtres polarisants (la quinine est surtout un principe actif anti-malaria qui était alors extrait de la cinchona, une plante exotique d’Indonésie). Il embauchera Robert Burns Woodward d’Harvard (1917–1979) comme consultant. Avec l’aide de Polaroid et d’Harvard, Woodward et son collègue William von Eggers Doering (1917–2011) ont synthétisé la quinine en 1944. Woodward fut récompensé par le Prix Nobel de 1965.

Edwig H. Land et la photo instantanée

En 1943, lors de vacances à Santa Fe, Land prend des photos de sa fille, Jennifer, âgée de 3 ans. Elle lui demande alors pourquoi il n’est pas possible de voir la photo de façon instantanée. A cette époque, les pellicules photos argentiques devaient êtres données à développer dans un laboratoire spécialisé et il s’écoulait au minimum plusieurs jours entre la prise de vue et les tirages papier récupérés au magasin.

Polaroid travailla pendant plusieurs années : les colorants, les produits sensibles, les cristaux et les polymères afin de trouver LA technologie de la photographie instantanée. Le système de Land nécessite de tout ré-imaginer : un nouvel appareil photo et de nouveaux films.

En photographie conventionnelle, le photographe prend une série de cliché sur un rouleau de film puis retourne au laboratoire pour le développement. Dans des cuvettes ouvertes en chambre noire, ou dans une cuve de développement aveugle, un bain de développement est ajouté puis un bain fixateur.

Land imagine un système contenant différentes couches : le film sensible, la chimie de développement et le fixateur dans le même film. Alors qu’en photographie argentique classique, les halogénures d’argent sensibles à la lumière deviennent de l’argent métallique sous l’effet des rayons lumineux composant une image négative qu’il faut alors transformer en image papier positive, la clé du système de Land est que son film contient à la fois le film négatif et le support papier qui formera l’image positive! Ses films contiennent un petit réservoir rempli de produits chimiques, appelé pod (gousse en français) et complètement sellé sur le film. Le procédé entier apparaît alors comme sec et non-toxique pour l’utilisateur. Quand la photo sort de l’appareil instantané, des petites billes cassent le réservoir qui répandent les produits chimiques sur le film.De 1943 à 1946, le projet reste secret chez Polaroid. Ils tentent d’améliorer les nuances, l’exposition mais aussi les contrastes. Ce n’est pas gagné. D’autant plus que la cartouche de film doit rester stable dans le temps et ne doit pas bouger avec la température! Plus important : la photo doit rester fidèle dans le temps.

Le 21 février 1947, Polaroid a résolu tous les problèmes ou presque et sa technologie est prête. Land fait alors sa première présentation publique à une conférence de l’Optical Society of America à New York. Les journaux relaient l’information comme « révolutionnaire »!

Le premier appareil photo : Model 95 et son premier film est en vente pour la première fois en 1948 à Boston. L’appareil est en rupture de stock dans la journée. Pourtant son prix est exorbitant : 950 dollars. A l’époque, il faut attendre exactement une minute pour enlever le papier qui recouvre la photo. Les tons sont alors sépia, pas tout à fait noir et blanc. C’est à partir de ce moment là, qu’on a commencé à agiter la photo!

Le Model 95 (vintagecameralab.com)

A partir des années 1960, la photographie argentique conventionnelle se voit proposer des photos couleurs! Le nouveau challenge pour Pola est alors de s’aligner… Pas facile! La couleur peut se décomposer en nuances de trois couleurs principales : le vert, le bleu et le rouge. Et chaque couleur a son propre développement. Après presque 15 ans d’essais de nouvelles chimies, nouveaux cristaux, nouvelles solutions de développement, … Polaroid est très proche. Howard Rogers (1915–1995) reformule complètement les procédés de développement couleur. Alors qu’il faut généralement séparer les colorants et leurs développeurs, Howard propose la création de révélateurs de colorants dans lesquels les deux composés sont attachés ensemble.

Brevet déposé – la photographie instantanée

Alors que Polaroid a presque réglé le problème du développement couleur, il reste un verrou important : celui de la pérennité de la photo. Les molécules alcalines de développement, nécessaires pour dissoudre les révélateurs de colorants, glissent avec les colorants jusqu’à la couche positive et commencent inévitablement à détruire complètement l’image finale. Polaroid finit par résoudre le problème en incorporant dans un film de polymères dans la feuille positive. Ils peuvent alors réagir avec les solutions alcalines de développement si il le faut. L’acide et la base réagissent pour donner de l’eau et fixent les colorants.

L’aventure couleur commence en 1963 et six fois plus de films sont vendus dans la dizaine d’années qui suit.

Edwin Land et l’aventure couleur

Un nouveau défi s’offre à Polaroid. Appelée photographie instantanée, on est portant encore loin de la vision « one step photography » dont rêvait Land. La technologie de Land nécessite tout de même de décoller la feuille négative du tirage qui sort de l’appareil après un temps d’une minute. Pour certains photographes, il est même nécessaire de tamponner l’image avec un fixateur ou bien de la coller quand elle sèche à un support rigide pour éviter qu’elle ne se recourbe ou ne gondole. A l’époque, la photographie instantanée générait beaucoup de déchets! On retrouvait des emballages partout dans les espaces publics. A minima la feuille de papier négatif… En devenant populaire la photo instantané est devenu un fléau écologique.

Polaroid SX-70 Land Camera de 1972

En 1963, Polaroid sort les premiers films en pack après une complète reformulation de sa technologie. La photo doit devenir intégrale, contenir : le négatif, le positif et les révélateurs! Pour y arriver, la couche positive doit être transparente et laisser passer la lumière pour exposer le négatif derrière. Incroyable! Polaroid a alors inventé un opacifiant chimique permettant d’obtenir un écran clair lorsqu’il n’est pas développé mais qui devient opaque immédiatement après être éjecté de l’appareil photo puis enfin redevenir transparent pour révéler l’image développée! C’est ainsi qu’est sorti le premier SX-7O : premier reflex instantané pliant utilisant des packs (des cartouches). Quand il sort en 1972, c’est l’apogée du design. Sa simplicité d’utilisation cache en fait son extrême complexité : dans les 2 mm de film, on trouve 17 couches différentes de produits chimiques!

Land a décrit le projet dans le journal « The Photographic Journal » en 1974:

“It is an interesting experience to see how all of Absolute One-Step Photography can happen very simply if it happens sequentially, involving both the camera and film in some two hundred to five hundred steps…

“When the film is ejected potassium hydroxide in a few drops of water is spread in a layer 26/10,000 inch thick and ‘all hell breaks loose,’ but in a much more orderly way than that phrase implies. For several minutes chemical reactions occur rapidly one step after another in that thin sandwich and then this progression slowly stops. There is peace again and the picture is complete.”

Le seul inconvénient du SX-70 : il est cher! Pas vraiment abordable pour toutes les bourses… Polaroid se devait de créer des appareils photos bas de gamme, abordables et simples, s’il souhaitait démocratiser vraiment la photo instantanée. En 1976, le Polaroid vend le premier appareil Polaroid 1000 et le one step très légers et tout en plastique. C’est le boom de la photo instantanée!

Polaroid One Step

Polaroid améliore encore ses appareils en créant l’autofocus par Sonar! Même plus besoin de faire le point manuellement. Appuyer sur le bouton suffit! le petit SX-70 Sonar sort en 1978. Avec cette nouvelle technologie, prendre une photo instantanée devient de plus en plus facile. Plus qu’à appuyer sur le bouton rouge! S’en suit alors une grande diversité des gammes. Le Spectra par exemple pour les professionnels… des appareils macro… différents objectifs…


Polaroid est dans toutes les maisons. L’instantané s’est démocratisé. Dans la police, il permet de photographier des scènes de crimes. On l’utilise chez les paysagistes. Et même quand vous devez faire un constat pour votre voiture, seules les photographies instantanées sont acceptées car elles sont impossibles à retoucher. Un succès incroyable.

Pour aller plus loin 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s