L’objectif artistique Neptune de Lomography


Le nouvel objectif artistique Neptune Convertible Art Lens System est disponible dans les boutiques et le site internet de Lomography depuis décembre 2017. La campagne Kickstarter, lancée le mercredi 3 mai 2017 à 11h, a connu un franc succès et l’objectif initial des 100 000$ a été atteint en deux heures et demi ! Un vrai record pour Lomography ! En une semaine, plus de 430 000$ ont déjà été collectés. Ce septième succès sur Kickstarter vient à nouveau souligner l’enthousiasme des photographes et des membres de la communauté pour la gamme des objectifs artistiques Lomography. Je remercie la boutique Lomography du marais à Paris pour le prêt de cet objectif. On peut quand même se poser la question : est-ce que Lomography a réellement besoin d’une campagne de financement pour lancer ses nouveaux objectifs? Mais laissons Lomo nous en dire un peu plus sur sa nouvelle création :

Le Neptune Convertible Art Lens System offre aux nouvelles générations de photographes des possibilités stylistiques illimitées. Il s’agit d’un seul système composé d’une base optique à laquelle viennent s’associer trois objectifs interchangeables qui vous permettent de shooter avec les trois focales fixes 3.5/35mm, 2.8/50mm ou 4/80mm. Choisissez ensuite la plage d’ouverture correspondant à la focale et utilisez des plaques spéciales pour une infinité de possibilités stylistiques. Grâce à son réglage d’ouverture continu et sans butée, ce système est idéal tant pour les photographes que les cinéastes. C’est la solution pour une totale liberté créative, peu importe le style de photographie auquel vous souhaitez vous adonner.

Mais regardez plutôt la vidéo de Lomography pour mieux comprendre le système interchangeable Neptune :

Un nouvel objectif artistique chez Lomography

Dans la famille des objectifs artistiques de chez lomography, on compte déjà le Petzval 85 mm, le Petzval 58 mm, le Jupiter 3+, Russar+, Lomo LC-A Minitar-1, le Daguerreotype Achromat…. Le système Neptune nous promet bien des choses. Tout d’abord il faut bien comprendre qu’il s’agit d’un système avec trois objectifs et non d’un seul objectif. Il comprend un adaptateur pour votre boitier (Nikon, Pentax K ou Canon), un objectif Thalassa 35 mm f/3.5, un objectif Despina 50mm f/2.8, un objectif Proteus 80 mm f/4.0 mais aussi des plaques d’ouverture artistiques comme le Daguerreotype ou le Petzval. En bref une fois l’adaptateur fixé sur votre boitier, vous vous baladerez avec les trois objectifs et pourrez les interchanger au grès de vos envies et cela très rapidement avec un système à baïonette.

L’intérêt de ce nouveau système?

  • Il s’agit d’un système versatile et facile à utiliser. Une fois la bague d’adaptation montée, les trois objectifs sont très compacts et vous pouvez les emmener partout avec vous dans une petite pochette. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait. Beaucoup plus facilement que si vous vouliez vous déplacer avec trois objectifs : 35, 50 et 80 mm. Chaque objectif tient dans une main!
  • Deuxième avantage : la qualité d’image. Ces trois objectifs vous permettent une qualité d’image exceptionnelle. J’ai vraiment été épatée. La netteté est incroyable et cela quelque soit l’ouverture.
  • Enfin, le gros plus ce sont les plaques d’ouverture artistiques que l’on peut ajouter entre l’adaptateur et l’objectif pour obtenir un bokeh original en forme d’étoile, de croix, de soleil, etc.
  • Parlons du prix? 790 euros pour le système au complet (Nikon, Canon ou Pentax K). Si vous utilisez un hybride micro 4/3, il faudra alors mettre 814 euros pour disposer en plus de la bague d’adaptation. Finalement, ce n’est pas si excessif quand on pense qu’il s’agit de trois objectifs!

Focus sur le bokeh artistique

Apparus pour la première fois sur le Petzval, puis de retour sur le Daguerreotype, tout deux dotés d’une fente pour y insérer les plaques d’ouverture, les effets de bokeh artistiques permettent des effets très créatifs. Regardez plutôt les différences sur les images ci-dessous. Pour un portrait ou juste pour encadrer un sujet au premier plan, c’est le top. Il suffit d’utiliser une grande ouverture et de jouer sur le « flou arrière ». Une petite plaque créative en plus et hop le tour est joué!

Plaques d’ouverture artistiques du Neptune

Pour le Neptune, le système a changé! Et ce n’est pas une mauvaise chose car les plaques qui s’inséraient par la fente avaient un peu tendance à tomber quand on souhaitait faire une photo. Sur le Neptune, cette fois, les plaques sont circulaires et s’insèrent entre l’objectif et l’adaptateur. Elles sont bien fixées. Pas très pratique non plus finalement : pour en changer rapidement, il va falloir à chaque fois enlever l’objectif! 😀

Système Neptune par Petapixel A = plaque d’ouverture B = adaptateur C = boîtier F = objectif

Caractéristiques techniques

• Focales : 35mm, 50mm, 80mm, groupe convertible d’éléments avant
• Ouverture : mécanisme double d’ouverture
• Ouverture via un diaphragme à iris : 35mm: f/3.5, étendue – f/22 , 50mm: f/2.8 – f/22, 80mm : f/4 – f/22, étendue
• Plaques d’ouverture
• Champ de vision : 35mm: 46°, 50mm: 63°, 80mm: 30°
• Montures disponibles : Canon EF, Nikon F ou Pentax K
• Distance minimale de mise au point : 35mm : 0.25m, 50mm : 0.4m, 80mm : 0,8mm
• Composition du système : base de 3 éléments en 3 groupes ; objectifs : 4 éléments en 4 groupes pour chaque focale
• Diamètre du pas de vis pour filtre : 52mm
• Traitement optique : multicouche
• Contacts électroniques : non
• Mécanisme de la mise au point : hélicoïdal

Essai du Neptune

Et me voilà avec le système Neptune en main : l’adaptateur Canon, les trois objectifs et les plaques d’ouverture. Cela tombe plutôt bien puisque je m’en vais faire un petit week-end à Lisbonne! Et mes vacances se prolongeront à Calvi, en Corse. 😉 Ne serait-ce pas justement l’occasion de tester le rendu des couleurs et la netteté des images? Allez c’est parti, je charge mon appareil digital Canon EOS 6D et mes argentiques : Canon EOS 1V et EOS 100. Et si on évaluait ensemble la netteté et le rendu des couleurs en numérique ?

Lisbonne – Canon EOS 6D – Neptune 35 mm

Lisbonne – Canon EOS 6D – Neptune 35 mm

Lisbonne – Canon EOS 6D – Neptune 35 mm

Calvi – Canon EOS 6D – Neptune 35 mm

Calvi – Canon EOS 6D – Neptune 35 mm

Calvi – Canon EOS 6D – Neptune 35 mm

Alors? Qu’en pensez-vous? Pour ma part, je trouve qu’à pleine ouverture et sans plaque, on obtient une netteté d’image dingue. J’ai eu un peu de mal au début avec le système à baïonette qui coince quelques fois, mais globalement, il est effectivement très facile de changer rapidement d’objectif. Les objectifs, eux-mêmes, ont l’air solides et résistants. Même leurs capuchons métalliques forcent le respect. La mise au point manuel, on aime ou on déteste. Ce n’est pas toujours évident de faire le point rapidement, même quand on a l’habitude malheureusement. Il n’y a absolument aucune électronique pour que votre objectif discute avec votre boitier. Résultat, j’ai uniquement travaillé en mode priorité à l’ouverture même si le boitier ne reconnaissait pas l’ouverture de l’objectif. Dans le cas de mon EOS 100, même si le boitier ne reconnaissait pas l’ouverture de l’objectif, j’ai pu lui indiquer manuellement l’ouverture que j’avais choisie sur l’objectif.

Très impatiente de tester en argentique, j’ai choisi d’utiliser les pellicules Kosmo 100 iso (noir et blanc) et les pellicules couleurs Kodak Gold 200 iso et Portra 160. Pas de regret : regardez moi ces détails!

Lisbonne – Canon EOS 1V – Kodak Gold 200 – Neptune 50 mm

Elevador De Santa Justa Lisbonne – Canon EOS 1V – Kodak Gold 200 – Neptune 50 mm

Lisbonne – Canon EOS 1V – Kodak Portra 160 – Neptune 80 mm

Lisbonne – Canon EOS 1V – Kodak Portra 160 – Neptune 80 mm

Lisbonne – Canon EOS 1V – Kodak Portra 160 – Neptune 80 mm

Lisbonne – Canon EOS 1V – Kodak Portra 160 – Neptune 80 mm

Lisbonne – Canon EOS 1V – Kodak Portra 160 – Neptune 80 mm

Lisbonne – Canon EOS 1V – Kodak Portra 160 – Neptune 80 mm

Et avec des plaques artistiques, ça donne quoi? Et bien c’est carrément pas mal! 😀

Vincent et Sofia – Canon EOS 6D – Neptune 80 mm

Vincent et Sofia – Canon EOS 6D – Neptune 80 mm

Mélanie et Sofia – Canon EOS 6D – Neptune 80 mm

Verdict

Nouveau système convertible aux multiples possibilités, le Neptune est simple à utiliser, est compact et offre une vraie qualité d’image. Quelle netteté! Plutôt que d’investir dans 3 optiques focales fixes différentes, gagnez de la place et de la créativité. Les plaques d’ouverture apportent un vrai plus aux photos artistiques, notamment aux portraits. Ce matériel est solide, durable, facile à utiliser et vous suivra sur le long terme. Dommage que pour des focales fixes, les ouvertures ne soient pas si grandes. f/4.0 pour un 80 mm, quelle tristesse. Enfin, le petit bémol : la mise au point et l’ouverture tout manuel qui oblige à bracketer pour ne pas se planter dans l’exposition. Sans parler du temps perdu à faire le point (je pense notamment aux photos de nuit). C’est le cas également pour le Petzval et le Daguerreotype, ok, je l’avoue, on s’y fait. Enfin, les objectifs artistiques Lomography restent des objets qui ne sont pas forcément accessibles à tous les photographes débutants puisqu’il vous faudra investir plus de 700 euros quand même.

Sachez que Lomography a d’ores et déjà sorti l’objectif Naiad (15 mm) : le super grand angle qui s’adapte au système Neptune.

Encore merci à la boutique Lomo du marais! 😀

Pour aller plus loin :

 

Catégories :objectifsTags:, , , , , ,

2 commentaires

  1. Encore de très belles photos, j’adore les couleurs 😀

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :