Un week-end à Bergame


Ah! Bergame… et ce refrain dans nos têtes… Bergame est une très jolie ville de Lombardie, en Italie, que j’ai eu la chance de visiter un peu lors d’un déplacement professionnel mi septembre. Autant vous dire qu’avec notre hôte italien, un brin fier de sa région, on en a pris plein les yeux! Juste à côté de Milan et du Lac de Côme, Bergame vous étonnera forcément pour un voyage en amoureux ou un week-end copains. Des faux airs de la Suisse, mais bien italienne! Je vous partage ici quelques photos toutes prises au Canon EOS 1V avec des pellicules Agfa Vista 200 trouvées sur Amazon (miracle!). Mais avant : un peu de musique!

Moi, si j’étais un homme, je serais capitaine
D’un bateau vert et blanc
D’une élégance rare et plus fort que l’ébène
Pour les trop mauvais temps
Je t’emmènerais en voyage
Dans les plus beaux pays du monde
Te ferais l’amour sur la plage
En savourant chaque seconde
Où mon corps engourdi s’enflamme
Jusqu’à s’endormir dans tes bras
Je suis femme et quand on est femme
On ne dit pas ces choses-là
Je t’offrirais de beaux bijoux
Des fleurs pour ton appartement
Des parfums à vous rendre fou
Et juste à côté de Milan
Dans une ville qu’on appelle Bergame
Je te ferais construire une villa
Je suis femme et quand on est femme
On n’achète pas ces choses-là
Comment passer à côté de cette chanson de Diane Tell, impossible!

Comment se rendre à Bergame ? Où se loger ? 

Bergame (Bergamo) possède un aéroport (Orio al Serio, BGY), relié au centre-ville par le bus numéro 1 en 20 minutes. Le même bus vous amènera même jusqu’à la cité haute! Parfait, si vous aviez pris votre hôtel Città Alta. L’aéroport de Bergame dessert : Beauvais mais pas Paris Orly ou Paris CDG. Si vous partez d’autres villes de France que Beauvais, il vous faudra choisir l’aéroport de Milan Malpensa (Milano Malpensa Aeroporto T1-T2) situé à environ 2h de Bergame. Le trajet Paris Orly – Milan Malpensa dure 1h35. Deux trajets consécutifs ensuite : un premier train de l’aéroport de Milan (45km pour 55 minutes de trajet avec le Trenord) jusqu’au centre-ville de Milan (environ 13 euros) puis un deuxième train du centre-ville de Milan vers la gare centrale de Bergamo (de 5 euros à 8,50 euros pour 50 minutes de trajet avec le Trenord). Il existe aussi des bus, qui ne sont pas forcément plus économiques ou plus confortables. Vos billets de train peuvent être achetés sur Trainline directement de votre ordinateur en France. Pratique pour éviter le monde au guichet ou à l’automate.

Un ticket de bus dans Bergame coûte 1,50 euros et ne se demande pas au conducteur (de toute façon, ils parlent très peu anglais). Vous rentrez et vous verrez directement une boîte rouge pour acheter votre billet (paiement CB possible). Attention, essayez de compter vos arrêts car il est parfois difficile de distinguer le nom des stations quand vous êtes dans le bus.

Je ne serai que vous conseiller de trouver un hôtel sur la cité haute. Cependant, j’ai été absolument ravie de mon auberge B&B choisie sur Expedia. Il s’agit de Ilsanleonardo, Piazza Pontida 16. Cet endroit est situé cité basse, sur une ravissante petite place à 15 minutes à pieds de la gare. La chambre était incroyable. Mais regardez moi ce plafond! Et puis bon, vivre presque chez l’habitant, c’est quand même autre chose! L’impression d’être un italien avec les clés de son appartement. La cité haute c’est juste 20-25 minutes en y montant par de jolis escaliers avec plein de verdure autour : y’a pire, quand même!? Et puis la cité basse est vraiment très jolie aussi.

La cité basse – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

ça grimpe! – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Ma chambre d’italienne – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Le plafond oui oui – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Piazza Pontida – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Cité basse – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Città Alta et Città Bassa

Bergame est une ville séparée en deux par des remparts en hauteur : on parle de la cité haute (Città Alta) et de la cité basse (Città Bassa). La cité basse, près de la gare est plus moderne. Des remparts, on observe une vue imprenable sur la ville basse mais aussi sur les montagnes, jusqu’aux Apennins. Je m’y suis rendu à pieds (20 min environ de la gare). Plusieurs portes donnent accès à la cité haute, dont la porte vénitienne de San Giacomo tout en marbre blanc.

La vue des remparts – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

La porte vénitienne San Giacomo – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

La porte vénitienne San Giacomo – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Construite en 1592, c’est la seule en marbre blanc rose de la carrière de Zandobbio à Val Cavallina. La construction des remparts vénitiens a commencé en 1561 et devait être l’avant-poste protégé à l’ouest des territoires de la Serenissima des Milanais. Les remparts sont dotés de quatre portes qui rendent l’entrée de la partie haute de la ville accessible: Porta San Lorenzo, Porta Sant’Agostino, Porta Sant’Alessandro et Porta San Giacomo. En juillet 2017, les remparts vénitiens ont été classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

On peut également se rendre à la cité haute par le funiculaire (Funicolare Bergamo) situé Piazza Mercato delle Scarpe pour 1,50 euros. Il y a beaucoup de monde mais vous n’attendrez pas trop longtemps. Très rapide, il n’y a cependant pas grand chose à voir sur le chemin.

Le funiculaire station basse – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Le funiculaire station basse – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Une fois en haut, je vous conseille de vous balader le long des remparts pour admirer la vue : 5 km en tout! Vous pourrez même y voir Milan.

Piazza Vecchia 

Située au coeur de la Città Alta, cette jolie place est inloupable! Allez-y pour l’apéro pour y boire un Spritz Apérol ou bien pour le goûter pour y manger une glace Stracciatella (spécialité de la ville).

Du centre de la place, vous pourrez admirer le Palazzo della Ragione, la mairie lombarde la plus ancienne existante, et la Torre Civica (Toure Civique), appelée « il Campanone » (la Grande Cloche) qui sonne tous les soirs à 22h.

Piazza Vecchia – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Piazza Vecchia et Il Campanone – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Piazza Vecchia – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Boire un Spritz en terrasse Piazza Vecchia – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Piazza Vecchia – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Au centre de la Piazza Vecchia, vous pourrez admirer la fontaine de Contarini, donnée à la ville en 1780 par le Podesta Alvise Contarini, tandis que sur le côté opposé de la place se dresse le Palazzo Nuovo (Nouveau Palais), siège de la mairie jusqu’en 1873 et maintenant de la Bibliothèque Angelo Mai.

L’agencement géométrique des bâtiments est aussi harmonieux qu’il fit dire à Le Corbusier pendant sa visite de la ville qu’ « on ne peut même pas toucher une pierre, cela serait un crime. »

Construite dans le même lieu où l’ancien Forum romain était situé, Piazza Vecchia est une ouverture agréable entre les ruelles. La Piazza, initialement limité à l’actuelle Piazza Duomo, devient le centre de la ville médiévale, un lieu de proclamations publiques et centre du commerce de la ville, comme le démontrent encore aujourd’hui les barres de fer placées sur le côté de la basilique de Santa Maria Maggiore. Ces barres sont appelées « misure » (mesures) et remontent au Moyen-Age, lorsque la fragmentation du pouvoir conduisait également à la fragmentation des grandeurs. Chaque ville créait ses propres unités de mesure de poids, de volumes, de longueurs qui étaient affichées dans des lieux publics (généralement là où le marché avait lieu). Les barres situées sur le mur de Santa Maria Maggiore représentent donc les unités de mesure en utilisation à Bergame dans la période médiévale.

La basilique Santa Maria Maggiore et la chapelle Colleoni

De la place Piazza Vecchia, vous apercevez déjà la chapelle, accolée à la basilique. Vous ne pouvez pas encore vous doutez de tout ce qu’il y a sur cette petite place : cathédrale, basilique, chapelle et baptistère ! Au début des années 1100, une terrible épidémie de peste se répand en Europe, semant la mort et la désolation. Les habitants de Bergame décident alors de demander de l’aide à la Madone : si elle les protège de l’infection, ils lui dédieront une église en remerciement. Et puisque les bergamasques sont gens de parole, en 1137 ils donnent suite au vœu et construisent sur Piazza Duomo, la Basilique de Santa Maria Maggiore, à gauche. Ils font les choses en grand: fresques, stucs, tapisseries et marqueteries en bois faites sur les dessins du célèbre artiste Lorenzo Lotto décorent aujourd’hui l’intérieur de l’édifice.

La chapelle Colleoni – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

À l’intérieur de Santa Maria Maggiore, vous trouverez le tombeau de Gaetano Donizetti, le célèbre compositeur et porte-parole de Bergame. Une statue lui est dédiée décorée de petits anges représentant chacun une note de musique (8 notes). Chacun d’eux casse un instrument, de tristesse d’avoir perdu leur maître.

La basilique est particulière car elle est caractérisée par l’absence d’une entrée centrale par la façade, qui était un mur unique avec le bâtiment d’à côté. Les quatre entrées de l’église sont en fait toutes latérales.

A la base des colonnes des protiros (petites arcades placées pour protéger et couvrir l’entrée principale de l’église) du XIVe siècle de Giovanni da Campione, quatre lions de marbre rouge et blanc gardent, impassibles et majestueux, les entrées nord et sud. Dans le côté nord, la porte appelé « dei Leoni rossi » (des Lions rouges) s’ouvre sur Piazza Duomo; le flanc sud donne sur Piazza Rosate avec le porte appelée « dei Leoni bianchi » (des Lions blancs). La coloration différente est donnée par le type de marbre utilisé : celui de Vérone pour les rouges et celui de Candoglia (Val d’Ossola, Piémont) pour les blancs.

Sur le côté de la basilique – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Sur le côté de la basilique – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Le site choisi n’est pas aléatoire : toujours considéré comme sacré, déjà à l’époque romaine il logeait un temple païen dédié à la Déesse de la Clémence, détruit après.

Entre les deux portes sur le côté nord les anciennes mesures en vigueur à Bergame au cours de la période médiévale sont coincés dans le mur : le Capitium Comunis Pergami (Cavezzo – 2,63 mètres) et le Brachium (bras – 53,1 cm) auxquels les tisserands et les commerçants faisaient référence lorsqu’ils faisaient des affaires.

Par chance, notre hôte nous a permis d’admirer les marqueteries du Lotto protégés habituellement par des panneaux de protection!

La chapelle Colleoni (photo ci-dessous sous les arcades) est décorée de marbres rouges et blancs, un chef-d’œuvre de la Renaissance italienne ; son intérieur, un véritable concentré d’œuvres d’art : la statue équestre du condottière bergamasque Bartolomeo Colleoni, les sarcophages entièrement incrustés dans le marbre, la délicate tombe de la fille de Médée et les bois sculptés des bancs.

La chapelle Colleoni – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

« touchez les couilles de Colleoni » !
Un petit rite porte-bonheur : sur la porte d’entrée de la Chapelle Colleoni (les grilles) il y a un emblème représentant les ‘attributs’ du condottière Bartolomeo Colleoni. Ils sont trois et bien polis… l’on dit que les frotter apporte de grandes satisfactions ! Et oui, il en avait trois… 

Bartolomeo Colleoni a été parmi les plus célèbres condottières d’Italie. Soldat courageux, il passa sa vie à faire des guerres dans toute l’Italie, principalement au service de la République de Venise. Sa vie est fortement liée à Bergame : ici il naquit, ici il revint au sommet de son pouvoir et ici il voulut être enterré. Les bergamasques sont donc très liés à son personnage et aux traces qu’il a laissé sur le territoire : de nombreux châteaux dans la plaine, au dense réseau de canalisation voulu par lui, jusqu’à la magnifique chapelle où il repose. Et surtout n’oubliez pas en partant … de lui toucher les …

La cathédrale – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Sur la gauche de la basilique, le cœur sacré de la ville doit son nom à l’imposante Cathédrale (photo ci-dessus) qui s’y élève, située en face du Baptistère, du Palais Épiscopal et de la Curie. Avant que la Sérénissime ne réalise l’actuelle Vieille Place, c’était la place de la Ville, dédiée à S. Vincenzo. C’est là que s’édictaient des ordonnances, que s’établissaient des actes notariés, que se tenaient échanges et négociations.

La tour qui sonne à 22h – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Sur la photo ci-dessus, complètement à gauche, on distingue des grilles, celles du baptistère. Une sorte de numéro magique apparaît plusieurs fois dans ce baptistère: huit. Comme les côtés du monument, qui dessinent géométriquement sa forme et le rendent si distinctif. Les bas-reliefs qui ornent les murs intérieurs du baptistère avec des scènes de la vie de Jésus, par le célèbre sculpteur du XIVe siècle Giovanni da Campione.

Construit en 1340 à l’intérieur de la Basilique de Santa Maria Maggiore en Città Alta, il y reste jusqu’en 1661. Ensuite, il fut démembré et remonté de façon tout-à-fait arbitraire, avec des ajouts et des rénovations, deux fois de plus. Il trouve enfin sa dernière location en 1898-1899, sur le côté ouest de Piazza del Duomo dans Città Alta, où il est reconstruit dans un style néo-gothique.

Au centre de l’unique salle octogonale dont il est composé, vous pouvez admirer les décorations gothiques des fonts baptismaux, ou bien le réservoir contenant l’eau pour baptiser les gens selon le rite catholique. Derrière lui, vous verrez l’autel surmonté d’une statue de marbre représentant Saint-Jean-Baptiste.

Où manger? Ou boire un verre? 

La gastronomie italienne regorge de plats et desserts divins. A savoir tout de même, un repas complet se compose de cette façon : Aperitivo, Antipasti, Primi (pasta), Secondi, Dolci et Biscotti. Mais vous n’êtes bien entendu pas obligé de tout prendre! Les spécialités locales sont nombreuses à Bergame. Les arancini au saumon sont un délice.

Arancina al Salmone – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Prendre une part à la volée – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Les Casoncelli alla Bergamasca sont des pâtes fraiches avec une garniture de viande, un peu de sauge et quelques copeaux de parmesan! Un régal !

Casoncelli frais – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

La glace Stracciatella a été inventée à Bergame en 1961 au bar glacier La Marianna sur Colle Aperto 4 (arrêt du bus 1). Pour continuer dans les desserts, la Polenta e Osei est une petite génoise jaune à la pâte d’amande et garnie de mousse au chocolat. Et attention aux croissants : tous fourrés au chocolat, à la crème ou à la confiture !

Polenta e osei – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Pasticceria ! – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Parmi les délices, un vin très rare : le Moscato di Scanzo ou « vin de méditation » peut se goûter dans les vignobles autour de Scanzorosciate (à 7km de Bergame). Les vignobles, parlons-en, entourent Bergame. On peut les apercevoir des nombreux monastères de la ville.

Bien entendu, vous pouvez aussi sauter sur les pizzas!  Ou les risottos. A noter : il existe beaucoup de truffes noires à Bergame qui se marieront avec magie à vos plats de riz.

Huuuummmm pizza 4 stagioni – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Tartuffo Nero – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Pour dîner, je vous conseille le « Vineria Cozzi » : un restaurant local bio et délicieux avec un décor superbe. Ambiance romantique à souhait.

Divin restaurant – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Terrasse au soleil – Canon EOS 1V – 24-105 mm f/4.0 – Agfa Vista 200

Vous cherchez plutôt une terrasse pour un groupe? Choisissez Albergo Sole!

A faire aussi : 

  • L’académie Carrara : collection d’œuvres d’art la plus précieuse d’Europe !
  • Ecouter la musique de Donizetti dans sa maison natale : Il Theatro
  • goûter aux joies des thermes de San Pellegrino (environ 40 min de route accessible par bus) pour se chouchouter et visiter la ville. L’eau y coule à une fontaine publique mais seuls les habitants ont l’autorisation d’y remplir leur gourde.
  • s’essayer à la cuisine au château de Malpaga (prendre un cours de cuisine au Castello di Malpaga)

Pour en savoir plus :

Catégories :VoyageTags:, , , , ,

2 commentaires

  1. Vraiment Agréable j’Adore.

Répondre à Analog You Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :